Archives du mot-clé courir minimaliste

Mes pieds ont fait un doublé – Episode 2/2

Affiches - Foulées Chassiron 2015Épisode 1 – Le début du WE.

Épisode 2… Le réveil sonne la fin du repos , la nuit m’a semblé réparatrice. Le temps, lui est grisonnant, froid et humide. Tout les ingrédients sont réunis pour rester au lit. Mes pieds, s’y mettent également et se lient à mes articulations pour me demander de rester sous la couette. Mon cerveau, lui, refuse… Je suis motivé, je veux y aller pour me tester !

Mes pieds au levé ? Ils sont  sensibles au contacte avec le sol mais rien de douloureux. Je leur offre un petit massage plantaire. Assouplie mes articulation, notamment les chevilles. Suite à cela ma pose de pieds est déjà bien plus rassurante sur le bon déroulement du reste de la matinée. Ma motivation est décuplée !

Petite douche rapide, quelques biscuits dans le sac, quelques noisette dans la poche et c’est reparti. Direction Saint Denis d’Oléron pour participer aux « Foulées de Chassiron » et découvrir ce paysage de bout du monde atypique et sauvage.

Me pointant sur place aux aurores, Lire la suite

Publicités

Mes pieds ont fait un doublé – Episode 1/2

Ile Oléron - DessinPremière tentative d’enchaînement de course, 2 en moins de 20 heures, une le samedi soir, puis une autre le dimanche matin). Je sens mes pulsations cardiaques légèrement accélérer rien qu’au fait d’y penser. Est-ce réalisable ? Et la récupération alors ? Pour mes pieds, est-ce raisonnable ? Et un abandon sur la seconde épreuve serait-il acceptable pour mon égo ? Toutes c’est questions ont fusées dans ma petite citrouille durant quelques jours. Et c’est pour toutes ces questions découlant d’appréhensions naturelles d’un coureur encore néophyte dans le monde du barefooters coureurs, que je pris la décision de ne pas m’inscrire à l’avance à la course du dimanche et de voir au levé du lit si mes capacités physique seront bien suffisantes à mes yeux. Lire la suite

Une sortie en souffrance et maintenant c’est le doute !

Dimanche soir me voilà parti tranquillement de chez moi pour rejoindre mon acolyte du dimanche et de mes sorties longues. Ayant eu tous les deux, une fin de semaine chargé nutritivement parlant, nous voilà d’accord pour réduire la voilure lors de cette sortie. 12 à 14 km me seront largement suffisant car mon corps me faisait bien ressentir la fatigue cumulée la veille au soir.

Évidemment dès les premiers hectomètres, je valide mes sensation du départ, je suis loin d’une forme olympique. En découle la mauvaise réaction de mes pieds… J’ai plus de douleurs qu’à l’habitude. J’en fais abstraction en discutant de nos exploits néfaste à l’effort physique. Viande rouge, alcool blanc ou vin, nous en rigolons plus ou moins.

Nous longeons le canal tout en continuant à discuter et jusqu’au moment de sa traversée. De l’autre côté, le goudron c’est terminé… Et le chemin à été, malheureusement  pour mes pieds, par un tracteur, labouré. Puis par le vent et le beau temps, complètement asséché.

C’est à ce moment précis que mon calvaire, plantaire, à commencé !

Pour les néophytes, sachez que la terre séché est traumatisante pour les pieds. Car bien entendu, ce genre de véhicules lourds produisent des ornières de compétition et tous pleins de petits débris de terres plus ou moins gros que nous ne pouvons évité. Je cherche où poser mes pieds à chaque foulée, que dis-je, à chaque pas, puisque je marche. Cyril ralenti encore et encore, s’arrête même pour m’attendre. Lui se moque du va-nu-pieds que je suis et rigole bien. Il a raison. Mon esprit s’éloigne de mon corps, se retourne et me regarde… Il confirme, j’ai l’air très con… Je ne rigole plus. Je souffre vraiment trop.

C’est la première fois que je suis confronté à un tel revêtement asséché. Tout est alors remis en cause. Pourrais-je continuer ainsi en étant déchaussé ? J’en doute car le plaisir s’en est allé. Je pense qu’à une seule chose, bifurqué et retrouvé une route goudronné… Le comble ! Comment pourrais-je donc faire sur un trail de plusieurs dizaines de kilomètres si un tel terrain m’était proposé ?

Je me repense aux trails auxquelles j’ai participé et Je réalise que jusqu’à présent, j’avais eu de la chance. A chaque fois, oui à chaque fois il avait plus les jours précédant. Ce qui pour moi rendait les parcours super plaisant. Mais si un jour je dois me retrouver au beau milieu d’une course en grande difficulté pour cause d’un terrain du genre « asséché » et donc très risqué, je pense que pour moi, physiquement et mentalement cela deviendra vraiment compliqué !

Maintenant j’ai le doute… Pour courir les chemins, que dois-je faire ? Me résigner à me rechausser ?

Je sens que cette réflexion va être plus que tourmentée , alors si quelqu’un à une idée…

Un petit Trail en famille ! Les Baignassoutes 2015

Affiche Trail des Baignassoutes 2015– « Tiens cousin, c’est ton cadeau ! »

– « Comment ça ? »

– « Bah je t’offre ta participation au Trail des Baignassoutes. »

-« Ah, Levé à l’aube pour prendre du plaisir en souffrant… Cool ! C’est gentil ça !!! »

-« De rien ma poule… J’vais prendre un malin plaisir à te voir souffrir… AhAhAh !!! »

C’est donc avec un petit fond sarcastique que la date fût figée. Après lui avoir fait la promesse de Lire la suite

Les 14 km Nocturne – Un Barefooter dans la nuit

Affiche 14km NocturneEn cette fin de mois de Juin l’envie est forte de participer pour la seconde fois à cette course assez réputée dans la région. Pour moi, la première fois remontait a deux années en arrière et correspondait à ma toute première participation à une course officielle. Cette épreuve est donc, de ce fait, tout particulière à mes yeux. Je m’étais juré d’y retourner afin d’améliorer ma performance. Une performance bien relative puisque cela faisait à  peine plus de trois mois que j’avais rechaussé mes running, un chrono de Lire la suite

Mon premier Semi… Sur le port de La Rochelle !

Aff Semi de LR 2015Une semaine durant, la seule envie qui me traversait l’esprit était de courir les rues de  La Rochelle en toute liberté… En va-nu-pieds ! j’en avais l’opportunité lors de ce 36ème Semi-Marathon de la ville aux 2 tours si connues. Mais cette course fait intégralement partie de ma préparation au marathon de Paris. Mon premier marathon que je ne ferai pas en nus pieds mais en chaussure minimaliste, car je ne serai pas prêt. En fait se sont surtout mes pieds qui ne seront pas assez affûtés. Ne pas prendre de risques inconsidérés ! Donc afin de préparer au mieux ce fameux marathon, il est préférable de tester, mes chaussures en condition réelles. Je chausserai donc mes Skora Phase pour la 2ème fois après les 10km d’aigrefeuille.

 

Lire la suite