Archives pour la catégorie Courir Naturel Palier

Une sortie en souffrance et maintenant c’est le doute !

Dimanche soir me voilà parti tranquillement de chez moi pour rejoindre mon acolyte du dimanche et de mes sorties longues. Ayant eu tous les deux, une fin de semaine chargé nutritivement parlant, nous voilà d’accord pour réduire la voilure lors de cette sortie. 12 à 14 km me seront largement suffisant car mon corps me faisait bien ressentir la fatigue cumulée la veille au soir.

Évidemment dès les premiers hectomètres, je valide mes sensation du départ, je suis loin d’une forme olympique. En découle la mauvaise réaction de mes pieds… J’ai plus de douleurs qu’à l’habitude. J’en fais abstraction en discutant de nos exploits néfaste à l’effort physique. Viande rouge, alcool blanc ou vin, nous en rigolons plus ou moins.

Nous longeons le canal tout en continuant à discuter et jusqu’au moment de sa traversée. De l’autre côté, le goudron c’est terminé… Et le chemin à été, malheureusement  pour mes pieds, par un tracteur, labouré. Puis par le vent et le beau temps, complètement asséché.

C’est à ce moment précis que mon calvaire, plantaire, à commencé !

Pour les néophytes, sachez que la terre séché est traumatisante pour les pieds. Car bien entendu, ce genre de véhicules lourds produisent des ornières de compétition et tous pleins de petits débris de terres plus ou moins gros que nous ne pouvons évité. Je cherche où poser mes pieds à chaque foulée, que dis-je, à chaque pas, puisque je marche. Cyril ralenti encore et encore, s’arrête même pour m’attendre. Lui se moque du va-nu-pieds que je suis et rigole bien. Il a raison. Mon esprit s’éloigne de mon corps, se retourne et me regarde… Il confirme, j’ai l’air très con… Je ne rigole plus. Je souffre vraiment trop.

C’est la première fois que je suis confronté à un tel revêtement asséché. Tout est alors remis en cause. Pourrais-je continuer ainsi en étant déchaussé ? J’en doute car le plaisir s’en est allé. Je pense qu’à une seule chose, bifurqué et retrouvé une route goudronné… Le comble ! Comment pourrais-je donc faire sur un trail de plusieurs dizaines de kilomètres si un tel terrain m’était proposé ?

Je me repense aux trails auxquelles j’ai participé et Je réalise que jusqu’à présent, j’avais eu de la chance. A chaque fois, oui à chaque fois il avait plus les jours précédant. Ce qui pour moi rendait les parcours super plaisant. Mais si un jour je dois me retrouver au beau milieu d’une course en grande difficulté pour cause d’un terrain du genre « asséché » et donc très risqué, je pense que pour moi, physiquement et mentalement cela deviendra vraiment compliqué !

Maintenant j’ai le doute… Pour courir les chemins, que dois-je faire ? Me résigner à me rechausser ?

Je sens que cette réflexion va être plus que tourmentée , alors si quelqu’un à une idée…

Publicités

Mon Premier Trail, je l’ai couru Pieds Nus !

RVB de baseVoici le temps venu de faire mon premier « Trail », enfin personnellement je vois ça plutôt comme une course nature. L’appellation « Trail » étant parfois galvaudée ! Là, nous sommes sur une course en bords de mer qui se court sur la plage et dans la forêt voisine. Dans cette dernière se trouve de nombreuse montées raides et sablonneuses qui durcissent comme il se doit le parcours, mais nous restons sur un dénivelé positif plutôt raisonnable de 150m D+ sur la distance de 18,5km, que j’emprunterais. Donc est-ce un Trail ? Les coureurs puriste de montagne nous diront certainement que non, mais tous les autres… Peut-être que oui…! Alors ce n’est pas grave de savoir comment la nommer, le principal, n’est-il pas de la courir ? Lire la suite

Courir Naturel : et maintenant en voilà 15 !!!

Il y a de ça 4 semaines, je vous disait qu’il fallait mieux avancer lentement pour éviter de devoir reculer violemment, mais ça… c’était avant… !

Non… C’est toujours d’actualité, même si avant les Fêtes de fin d’année j’ai craqué… Mes vieux démons sont revenu me voir et mon « OBLIGÉ » à continuer un run, et cela de plus en plus longtemps… Jusqu’à la distance « pas très raisonnable » de 15km !

En 25 jours je suis passé de 10km le 23/11 à 15km le 17/12… Une progression bien trop rapide qui me valait, au matin du 18, des douleurs aux mollets, tendons d’Achille et sur le dessus de mon pied droit, sans oublier une belle ampoule au gros orteil du pied gauche !

RES-PEC-TER LA PRO-GRE-SSI-VI-TÉ  ! ! !

Mes démons ou tout simplement mon envie et ma détermination m’ont fait oublié la base d’une bonne transition… Un bon rappel à l’ordre qui va me permettre de me remettre dans le droit chemin d’une transition réussie ou presque.

Pourtant rien de me disposait, ce matin là, à atteindre une telle distance. En effet, mon petit gars étant mal au point, nous décidions avec madame de l’emmener à l’école quand même en ce mercredi matin, et que je pouvais aller courir à une condition, celle de rester à distance raisonnable en cas d’appel pour récupération du bout de chou si nécessaire.

Je prévoie donc de me faire une belle séance de côtes en plein village afin de pouvoir agir rapidement, au cas où.

Au programme, 10′ d’échauffement, puis un 8x800m sur une boucle décomposée ainsi : 400m de descente + 100m de plat + 300m de montée, et pour finir encore 10′ pour la récup. au programme d’environ 10km qui me permettait de continuer ma progression.

Mais voilà qu’au bout de 8 Tours, je trouve dommage de ne pas en faire 10 puisqu’en guise d’échauffement je n’ai fait que 1,6km et que pour atteindre les 10km il me suffit ensuite de retourner chez moi. Je me lance donc à l’assaut des 2 tours supplémentaires… Une fois fini et arrivant devant l’entrée de mon lotissement, au bout donc de 10km en 54’10 », mes jambes me demande gentiment d’effectuer une petite séquence de récup’ à allure modérée… Pas de problème… C’est parti !!!

L’heure atteinte me voilà bien mieux, demi-tour pour rentrer au chaud et prendre une bonne douche. Mais voilà que ma tête ne veux plus rentrer, pourquoi ne pas continuer ? Me dit-elle. Alors, oui pourquoi pas, osons, s’oyons fou, n’ayons peur de rien….. Grrrrrrr…. La Force prend possession de mon esprit… Oui… Elle est en moi !

Me voici avec 1km de + dans les pattes puis encore un autres… Le plaisir commence alors à s’estomper… Puis, la raison est intervenue, elle me fit faire demi-tour une dernière fois, à moins que ce ne soit tout simplement, les hurlements de mes plantes de pieds : « fais demi-tour, je t’en conjure » me suppli le pied gauche et le droit lui emboîtant le pas :  » Nous sommes en surchauffe mon garçon,  agis de suite si tu veux pouvoir ressortir dans les prochains jours !!!! »

Évidement que je voulais ressortir au plus vite, les jours suivants. Alors mes pieds et moi, sommes rentrés avec la satisfaction d’avoir parcouru cette distance record de 15km !

Et mes pieds, eux, s’en sont remis très vite… Au point que le dimanche suivant, les douleurs avaient disparu et je réalisa un petit défi de 13km imaginé quelques semaines auparavant !

Bref tout est PARFAIT……………… Je suis un Apprenti Barefooter HEUREUX !!!!

Courir Naturel: 10Km, ça c’est Fait !

« Mieux vaut avancer à pas lents que d’être forcé de reculer violemment. » C’est mots Check 10kmappartiennent à Emmeline Raymond et me conviennent bien pour cette avancé. Je prévoyais au passage du palier des 5km de réussir à atteindre le suivant sur la fin du mois d’octobre. Mais ce n’ai pas sans relâche et abnégation que je vains seulement à parcourir la distance des 10km, c’était dimanche dernier. Avec 3 semaines de retard sur mon « plan ». 

Je comprends donc que le plan de progression fixé au préalable était certainement un peu présomptueux… Mais le principal n’est-ce pas, d’y être arrivé ? Lire la suite

Courir Naturel : 2ème palier !

Palier en dessinVoilà avec un peu de retard le bilan de ce 2ème palier. Oui en effet, leur du passage du « 1er palier », je vous avais écrit un article (courir naturel : 1er palier) relatant toute ma fierté d’avoir réussi à courir 1km sans chaussure. Lors de ce billet je fixais le second palier à un objectif kilométrique à un moment bien précis. Je voulais être capable de courir à mon retour de vacances (fin Août) la distance de 2,5km. Un objectif qui restait très humble et plus que réalisable en 6 semaines. Lire la suite

Mise à nu, mes premiers pas….

Dans un mois, cela fera exactement 37 ans que ma petite frimousse est apparue dans ce monde et presque 36 ans que je marche, saute ou cours sur cette planète. Des souvenirs de mes premiers pas ? Non, hélas je n’en ai aucun, juste une ou deux photos montrant des petits petons essayant de faire tenir un corps en équilibre sur le sol, et de ce fait, avancer vers son avenir.

Aujourd’hui, j’ai comme une impression de renaissance. Comment ça  ?

Non mais, ce n’est pas possible !  Mais, mais… Maman… Je maaaaaaarche, je couuuuurs, je vooooole !!! Lire la suite

Courir Naturel : 1er Palier passé !

Premier palier, première étape ou première marche, appelez ça comme vous voulez… ça y est, j’ai réussi à courir 1Km sans chaussure… 5 semaines de découverte et de patience, mais surtout de prudence afin que ce passage de palier soit un véritable plaisir. Lire la suite