Mes pieds ont fait un doublé – Episode 1/2

Ile Oléron - DessinPremière tentative d’enchaînement de course, 2 en moins de 20 heures, une le samedi soir, puis une autre le dimanche matin). Je sens mes pulsations cardiaques légèrement accélérer rien qu’au fait d’y penser. Est-ce réalisable ? Et la récupération alors ? Pour mes pieds, est-ce raisonnable ? Et un abandon sur la seconde épreuve serait-il acceptable pour mon égo ? Toutes c’est questions ont fusées dans ma petite citrouille durant quelques jours. Et c’est pour toutes ces questions découlant d’appréhensions naturelles d’un coureur encore néophyte dans le monde du barefooters coureurs, que je pris la décision de ne pas m’inscrire à l’avance à la course du dimanche et de voir au levé du lit si mes capacités physique seront bien suffisantes à mes yeux.

Cette seconde épreuve du dimanche matin, sera une course nature de bord de mer au profit de l’association « les enfants du monde » qui se coure aux alentours du phare de chassiron, sur la commune de Saint-Denis d’Oléron. Ce qui veut dire évidemment, chemins blancs avec cailloux calcaire, terre, graviers, forcément un peu de bitume aussi et heureusement du sable qui permettra de reposer mes pieds mais en aucun cas mes mollets 😉 !

La veille, le samedi soir donc,  aura lieu la traditionnelle    « Corrida Oléronaise », une course sur route de 5 ou 10 km au profit de l’ARC. Pour moi ce sera le 10 km. Cette événement est populaire notamment grâce à ces différents événements supplémentaire tel qu’une randonnée VTT de 30 km et un autre pédestre de 10 km. Tout cela se terminant en festivité avec son bouquet final de fin de soirée, un concert de Tri Yann.

Donc si je résume, pour ceux qui ne me trouvent pas assez clair, le samedi soir, La Corrida Oléronaise à Saint-Pierre sur la distance du 10km. Puis le lendemain matin direction Saint-Denis pour participer aux « Foulées de Chassiron » pour courir la nature sauvage du bout de l’île sur 12 km.

Cela aura pour but premier de repousser mes limites afin de les faire évoluer. Car n’est-il pas cela le plus important, progresser ?

Le Samed, 19h00 :

Crédit photo : Patrick Lorigny

Crédit photo : Patrick Lorigny  – Lieu de récupération des dossards et de l’arrivée

Par chance, je suis idéalement garé aux abords de la ligne d’arrivée. je suis prêt et pars donc m’échauffer tranquillement. Comme d’habitude, je croise quelques regards d’étonnement à la vue de mes pieds dépourvus de toutes protections. Au rapprochement de la ligne de la ligne départ, j’apprends par le bouche à oreille que le départ sera décalé d’un quart d’heure. Je prolonge donc mon échauffement de quelques foulées puis me mets en place sur le côté du peloton. Le temps de répondre à quelques questions curieuses sur ma pratique de la course nu-pieds et le départ de la course est donné.

Crédit photo : Patrick Lorigny

Crédit photo : Patrick Lorigny

Mon objectif sur cette course est de me faire plaisir en essayant de ne pas me griller afin de pouvoir participer à la course du lendemain. Mais paradoxalement j’aimerai également courir assez vite afin d’améliorer mon chrono pieds nus sur un 10 km de 52’51 qui date de ma toute première course de l’année (le 04/01/15 à Fouras voir ici). Je me dis que l’entraînement paie toujours et avec tous ceux qu’il y a eu depuis ce la course de l’épiphanie, je penses que je peux le faire sans trop forcer, ni abîmer la machine.

N’étant pas trop du soir, je pars sur un rythme assez prudent tout en respectant les bases fixées. Je découvre au fur et à mesure le parcours, les revêtements se succèdent, avec une majorité de bitume bien entendu mais aussi un peu de chemin herbeux très agréable, un peu de terre, du carrelage bien lisse lors de la traversée d’un parvis, celui du marché, également un pur bonheur. A cette instant T, je cours comme dans un rêve, mes pieds caressent du velours mais cela cache un loup… 2videmment c’était trop beau 😀 . Deux virages plus loin et nous atterrissons au cœurs des maisons du bourgs et leurs passages très étroits où d’être à deux de front est interdit sous peine de finir les bras en sang. Voyez par vous-même. Le sol terreux avec quelques pierres sortantes du sol ont accéléré ma foulée. Une mise en bouche, permettant à mes pieds de se préparer à la suite…

Passage atypique n°2Oui Oui car 2 ou 3 rues plus loin, les gentils organisateurs de cette corrida se sont lâchés en nous proposant une autre ruelle aussi atypique que maléfique. Avec des pavés en dévers. Impossible d’y échappée. Mais au bout, une belle expérience de sensation plantaire inattendue et innovante.

« Keep Calm And Run »

« Keep Calm And Smile »

Keep Calm And serres les dents ! »

 

Mais après ce passage négocié avec philosophie, nous nous sommes de nouveau retrouvé dans un lieu beaucoup plus, disons, approprié à la course à pied en grand nombre et le premier tour se termine avec un beau sourire accroché au visage et qui ne me quittera plus jusqu’à l’arrivée, malgré le second passage dans la ruelle aux pavés et murs acérés  !

Résultat du premier tour : 5 km en 25’39

Crédit photo : Patrick Lorigny

Crédit photo : Patrick Lorigny

Après un demi-tour en épingle à cheveux et un ravitaillement au gobelet qui ne me permets de boire qu’une seule et petite gorgée, je repart sur le même rythme. Je suis déjà bien entamé. Je décide alors de ne pas en faire trop en restant à la même vitesse. Je peux également me permettre de décélérer légèrement puisque je suis dans les cordes afin d’atteindre mon objectif de base. STOP ! que les plus étourdis ne remonte pas le texte pour ce remémorer le chrono visé, je suis bon prince… 😉 En gros il me faut un temps entre 52’00 et 52’30 pour être complètement satisfait de cette soirée. Et là si nous calculons bien, j’ai de la marge. Ce qui va me permettre de garder du jus pour le lendemain !

Le temps doux est très agréable pour ceux qui ne courent pas, par contre pour les couillons qui sont dans l’effort, la lourdeur est délicate, ce qui me fait monter « cardiaquement » parlant, dans la zone rouge et même un peu plus haut (voir ci-dessous).

Malgré le fait que le 9ème km soit le plus difficile pour moi, je continue de rattraper des coureurs et coureuses qui se trouvent dans un bien mauvais état. Et je finie en motivant une femme à me suivre pour l’aider à finir. Me rendre utile à ce moment là me permets de ne pas penser à la fatigue. Et je découvre que cela me facilite les choses et de rejoindre la ligne d’arrivée s’en y pensée. Astuce à renouveler !

Résultat du second tour : 5 km en 26’11

Course Oléronaise 2015 - Photo Montage d'après courseCela nous donne un Résultat de 51’50 auquel il faut ajouter une cinquantaine de mètre et un temps de réaction catastrophique pour stopper ma montre, ce qui fait un temps final de 52’18 pour cette première participation à la « Corrida Oléronaise » !

Course en soirée réussi avec un chrono records à la clef pour un 10km pieds nus.

Merci aux organisateurs, ainsi qu’aux bénévoles qui ont fait que cette course soit réussie par sont ambiance et sont parcours assez atypique.

Bonus pour ceux qui aiment les données de course :

La Data Room de la Corrida Oléronaise 2015

La Data Room de la Corrida Oléronaise 2015

Un bon ravitaillement copieux et une petite discussion avec un coureur de la Team Hoka qui est en « vacances » dans le coin et qui est à une semaine d’une grosse échéance. Je ne sais pas trop, il me parlait d’un Trail qui à lieu du côté de Chamonix, cela vous parle peut-être 🙂 !

Le Temps tourne et maintenant il nous faut aller se coucher, mes pieds et moi, car demain, nous attend un sol inconnu et diversifié dans un environnement naturellement sauvage !

Publicités

3 réflexions au sujet de « Mes pieds ont fait un doublé – Episode 1/2 »

    1. Bourda Auteur de l’article

      oui bonne remarque j’ai compris qu’il y a avait un hic après avoir explosé mon record sur 10km, de 49’43 sur cette course à 47’07 1 mois après, où j’ai passé 89% de mon temps au dessus 😦 , alors j’ai refait un test il y a deux semaines et je suis passé de 182 puls max à 188. Résultat sur le semi suivant j’ai couru 99% du temps dans la zone max entre 169 et 188 pulsations !!! Cela parait déjà plus correcte même si je sens que mon max sera plus à 190/192. Mais pour en être sûr il me faudrait faire un vrai test à l’effort bien encadré et j’y songe sérieusement 😉

      Répondre
  1. Ping : Mes pieds ont fait un doublé – Episode 2/2 | Courir… Quel Pied !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s