L’Escapaloun… Elle n’était pas prévue celle-là ! Partie 2 – La Course

Bon, me voilà prêt, il est 17h30 ce samedi, ma femme et les enfants viennent de me déposer au stade. Eux vont aller se poser sur la plage du lac pour profiter du soleil et de la baignade. Quand à moi je profiterai de leurs encouragements quand nous passerons aux abords du lac. Pour le moment, vu que j’ai déjà récupéré mon dossard, la veille, je pars pour un petit échauffement vite fait… avant le départ de la course à 18h00 !

Affiche Escapaloun 2014LA Course :

C’est à Léon, jolie petite bourgade se situant dans la Forêt landaise que la toute fraîche association Sport & Découverte, créée en septembre 2013, s’est lancée le défi  (en collaboration avec le club de rugby) de relancé « l’Escapaloun », une course à pied de 10 km, qui n’avait plus lieu depuis quelques années et qui servira à aider l’école de rugby. L’ambiance y est très champêtre et amicale. Vestiaires et douches sont mis à disposition pour profiter du repas et de la soirée suivant la course histoire de profiter d’un bon moment après avoir transpiré.

 

Le Parcours :  2 boucles d’environ 5km chacune

Parcours Escapaloun LEONLe « Départ » se trouve au stade de rugby, en fait la ligne de départ est imaginaire et est matérialisée par la grille d’entrée du stade (original !). Après quelques centaines de mètres sur la route, on entre dans le sous bois en direction du Lac de Léon pour le longer, partie ombragée et donc très agréable. Après le Lac, la course retourne vers le centre ville par les arrières du bourg. Prévoir de souffrir dans la montée qui mène à l’église, seul moment difficile de la course, avec la possibilité de récupérer tout de suite après dans la descente et le plat qui retourne vers le stade, puis on recommence !

Ma Course : A bout de souffle

Pour ma reprise je reste très prudent et décide de partir en queue de peloton pour ne gêner personne et rester dans un rythme très calme (entre 5’45 et 6’00 au km) pour rester dans mon objectif, réaliser la distance en un peu moins d’une heure. Je m’élance donc quelques secondes après les furieux visant la victoire ou un record personnel de folie et attrappe mon rythme de croisière, mais très rapidement je me rends compte que je vais bien trop vite et que si je continue à cette vitesse je vais effectuer un extraordinaire temps de référence sur 5km mais que par la suite… J’exploserai !

C’est fou comment l’entrain de la compétition, envers soi-même et les autres, bloque notre cerveau, il faut croire que ce jour là chez moi, le subconscient était plus fort que la raison. En voyant « certains » concurrents courir devant moi, je refusais de me laisser distancer… Quel con je fais…  Résultat, mon cœur était déjà à 180bpm au bout de seulement 800m, c’était de la folie !!!  Et dire que J’ai avalé les 3 premiers km à ce rythme cardiaque, en 16’26 (5’28/km).

De plus la chaleur étant bien présente, ma gourde se vidait à vue d’œil, et j’attendais le ravitaillement avec impatience afin de pouvoir m’asperger d’eau et remplir ma gourde.

Le premier ravitaillement passé (km3,5), je reprends conscience et ralenti. Bien m’en a pris, puisque la côte que je redoutais tant, arriva. En réduisant la foulée j’en n’en fis qu’une bouchée avec courage et repris mon souffle durant la descente. Le km5 est marqué en fin d’une longue ligne droite qui retourne vers la stade, en son bout se présente la table du second ravitaillement, puis y commence le début de la deuxième boucle. Ma gourde étant encore bien remplie, je me saisi juste d’un gobelet pour me le verser entièrement sur la tête faisant rire quelques enfants et ainsi me redonnant un petit sourire et un bel élan. La forêt ombragée est la bienvenue et très appréciée de tous les concurrents autour de moi. Le second passage le long du lac me permet d’apercevoir mes enfants jouant au bord de l’eau… Et hop un supplément d’énergie qui me donne encore un bel élan, et je vous avoue que j’en avais un grand besoin ! A ce moment là, on en est au km6,5 et j’en ai déjà plein les baskets… Je suis en train de payer ce départ ultra rapide et ultra stupide !

La fin de course est un véritable calvaire… Le soleil tape encore très fort, les jambes sont lourdes, ma fréquence cardiaque est bloquée au max, Je n’avance plus……. Je suis à bout de souffle !

Je n’était pas prêt, je le savais mais je voulais juste en être sûr…. Bon bah… Maintenant j’en suis profondément certain…

je suis tout de même content car je réalise mon objectif chronométrique avec un satisfaisant 57’45 officiel (57’33 réel), mais quelle gestion du début de course calamiteuse !

Je vais pouvoir corriger cette erreur dès dimanche sur les 10km du Centre Hospitalier de Rochefort qui va encore me servir de course test pour le vrai objectif du 5 Octobre prochain et les 10km de Rochefort où je compte améliorer mon chrono de l’année dernière (CR ici).

 

 

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « L’Escapaloun… Elle n’était pas prévue celle-là ! Partie 2 – La Course »

  1. Ping : Programme du 4e Trimestre 2014 | BourdaRun

    1. Bourda Auteur de l’article

      C’est pas faux 🙂 mais Dimanche, j’ai réussi à résisté sur le début de course. Résultat au Km1, seulement 4 ou 5 personnes derrière moi 😦 😀 (CR en préparation)

      Répondre
  2. Ping : les 10km du Breuil – ASCH Rochefot | BourdaRun

  3. Ping : 10km de Rochefort 2014 – Objectif Lune | BourdaRun

  4. Ping : 2014 La (re)mise en route | BourdaRun

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s